En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Texte à méditer :  Dans le monde affairiste du show business, il n'est pas nécessaire d'être bon musicien pour bien connaître la musique.  Pierre Dac
Texte à méditer :  Je ne suis pas Musicien, mais j'aime la musique de passion; si un air me touche, s'il m'amuse, je l'écoute avec délice, je n'examine pas si la musique est Française ou Italienne; je crois même qu'il n'y en a qu'une.  Carlo Goldoni
Texte à méditer :  Que tu deviennes professeur, savant, ou musicien, aie le respect du «sens», mais ne t'imagine pas qu'il s'enseigne.  Hermann Hesse
Texte à méditer :  Pour faire un mauvais musicien, il faut au moins cinq ans d'études. Tandis que pour faire un mauvais comédien, il faut à peine dix minutes.  Coluche
Texte à méditer :  Le musicien est quelqu'un à qui l'on peut s'en remettre pour dispenser de l'apaisement à son prochain, mais il est aussi un rappel de ce qu'est l'excellence humaine.  Yehudi Menuhin
Texte à méditer :  Dans la hiérarchie artistique, les oiseaux sont les plus grands musiciens qui existent sur notre planète.  Olivier Messiaen
Texte à méditer :  La musique met l'âme en harmonie avec tout ce qui existe.  Oscar Wilde
Texte à méditer :  Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence.  Georges Braque
Texte à méditer :  À quoi bon fréquenter Platon, quand un saxophone peut aussi bien nous faire entrevoir un autre monde ?  Emil Michel Cioran
Texte à méditer :  Sans la musique, la vie serait une erreur.  Friedrich Nietzsche
Texte à méditer :  On ne vend pas la musique. On la partage.  Leonard Bernstein
Texte à méditer :  Plus on s'y connaît en musique, moins on est capable d'en dire quelque chose de valable.  Patrick Süskind
Texte à méditer :  L'opéra est l'opéra, la symphonie est la symphonie, et je ne crois pas qu'il soit beau de faire danser l'orchestre.  Giuseppe Verdi
Texte à méditer :  La messe de l'amour, - on dirait que la musique est cela pour la femme.  Edmond et Jules de Goncourt
Texte à méditer :  Il n'y a pas de musique plus agréable que les variations des airs connus.  Joseph Joubert
Texte à méditer :  La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie.  Ludwig van Beethoven
Texte à méditer :  La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence.  Miles Davis
Texte à méditer :  La musique, la plus belle religion du monde où on ne menace ni ne promet.  Minou Drouet
Texte à méditer :  Le jazz, c'est ce qui nous permet d'échapper à la vie quotidienne.  Stéphane Grappelli
Texte à méditer :  La musique mérite d'être la seconde langue obligatoire de toutes les écoles du monde.  Paul Carvel
Texte à méditer :  La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée.  Platon
Texte à méditer :  La beauté de la musique - comme celle de la lumière - est celle de la rapidité, de la mobilité, de l'insaisissable.  Jean-Michel Jarre
Texte à méditer :  Vous n'avez pas besoin d'un cerveau pour écouter de la musique.  Luciano Pavarotti
Texte à méditer :  La musique doit humblement chercher à faire plaisir, l'extrême complication est le contraire de l'art.  Claude Debussy
Texte à méditer :  Les personnes qui ne donnent pas une seule chance à la musique de changer le monde sont celles qui n'aiment pas la musique.  Ben Harper
Texte à méditer :  La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent.  Pablo Casals
Texte à méditer :  Notre époque ne fait plus de musique. Elle camoufle par du bruit la solitude des hommes en leur donnant à entendre ce qu'elle croit être de la musique.  Jacques Attali
Texte à méditer :  Ce n'est pas tout à fait exact que la musique adoucit les moeurs. Je crois même que l'harmonie, un peu en excès, amène l'homme le mieux constitué à un état d'hébétude et de gâtisme tout à fait folâtre.  Alphonse Allais
Vous êtes ici :   Accueil » Le trombone
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Connexion


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2554005 visiteurs
  4 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!

Présentation

Dossiers

Agenda

eCartes

Pensons à fêter les :
  • Sidoine
  • Grégoire
  • Laurent



Faites un don

Si vous appréciez le travail réalisé, vous pouvez participer aux frais en faisant un don du montant de votre choix.

Le trombone

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://musique-harmonie.fr/data/fr-articles.xml

Le Trombone


un trombone à  coulisse (trombone ténor)


Le trombone est un instrument de musique à vent et à embouchure de la famille des cuivres clairs.

Le terme trombone désigne implicitement le trombone à coulisse caractérisé par l'utilisation d'une coulisse télescopique, mais il existe également des modèles de trombone à pistons.

Que le trombone soit ténor ou basse, son registre est plus grave que celui d'une trompette et plus aigu que celui du tuba ou du saxhorn contrebasse. Sa forme allongée courbée comme un S (qui a justifié l'usage de ce terme en français pour désigner l'ustensile servant à attacher des papiers), et surtout sa section de tube cylindrique qui lui donne un son plus brillant, le distinguent des euphoniums ou des saxhorns au registre comparable.

Il est utilisé dans de nombreux genres musicaux, de la musique classique au jazz, en passant par la salsa, le ska, le funk ou la musique militaire, et est joué dans les orchestres symphoniques, orchestres d'harmonie, les fanfares, les big bands, etc.

Un joueur de trombone est appelé tromboniste ou trombone.

Les origines

Les origines lointaines du trombone se trouvent probablement dans le buccin, sorte de tuba joué par les romains, dont il existait une variante en forme de « S » rappelant celle du trombone actuel - le terme buccin fut d'ailleurs repris au XIIIe siècle pour désigner un trombone d'orchestre militaire dont le pavillon représentait une tête de serpent.


Gravure d'une sacqueboute

C'est probablement au XIIIe siècle qu'on eut l'idée d'ajouter deux tubes coulissants l'un dans l'autre à une trompette basse : la coulisse était née. L'instrument ainsi créé s'appela la sacqueboute ("sacquer" signifiant tirer vers soi et "bouter" pousser vers le sens opposé). Il ne s'agissait pas d'un instrument radicalement différent du trombone, mais d'une version légèrement plus petite.

Ce n'est qu'à partir du XVIIe siècle, que le nom italien de trombone fut progressivement utilisé pour désigner l'instrument. L'origine du mot vient de tromba qui signifie trompette et de one, un suffixe qui signifie grand. Ainsi, au sens littéral, un trombone est une grande trompette.

Pendant toute son histoire, le trombone, en raison de son principe simple, a subi peu de modifications, principalement de taille et de forme. Les plus remarquables sont l'apparition du trombone à piston au début du XIXe siècle dans lequel la coulisse est remplacée par les pistons mis au point en 1814 par Heinrich Stölzel, et celle du trombone complet par l'ajout du barillet breveté en 1839 par le facteur allemand Christian Friedrich Sattler.

Anatomie

Le trombone est constitué d'un tube cylindrique courbé comme un S allongé. La section suivant l'embouchure s'appelle la coulisse, elle permet au musicien de faire varier la longueur de l'instrument et ainsi d'obtenir la note désirée. Lorsque le tromboniste pousse la coulisse, il agrandit l'instrument et le son est plus grave, et lorsqu'il l'a tire, il rétrécit l'instrument et le son est plus aigu. Certains trombones ont des pistons à la place de la coulisse, et sont donc appelés trombones à pistons. La partie évasée par laquelle le son est émis se nomme le pavillon.

Principe de jeu

Emission du son

Comme tous les instruments à embouchure, le son est produit par la mise en vibration des lèvres supérieures et inférieures, entretenue par l'air insufflé par l'instrumentiste. Cette pression est canalisée par l'embouchure dans le corps de l'instrument. La pression d'air crée une onde stationnaire dont la fréquence propre est imposée par l'instrument. La qualité du son dépendra alors de la qualité de la vibration, de la colonne d'air (donc de l'instrumentiste et de l'embouchure), et de la qualité du corps de l'instrument (matériaux, épaisseur, diamètre du tube, forme du tube...)

Articulation du son

Le son peut être articulé gràce à la langue produisant différentes consonnes à l'intérieur de l'embouchure. Les articulations les plus courantes sont le détaché, la langue produisant la consonne "t", et le legato, avec la consonne "l" pour le legato articulé. Les trombonistes utilisent aussi les coups de langue doubles , en prononçant successivement les consonnes "t" et "k" pour jouer plus rapidement. Certains musiciens sont aussi capables de faire des coups de langue triples, quadruples, et même quintuples (sur un instrument à pistons, le legato articulé ne sera pas nécessaire). Une absence d'articulation entre deux notes situées sur une même harmonique donnera un glissando, un effet de style propre au trombone.

Modulation du son

Le fait d'exercer une tension et un maintien plus ou moins importants du masque (constitué par les muscles des lèvres) et le fait de varier la pression et la vitesse de l'air permet de modifier la fréquence de vibration des lèvres et donc de l'air dans l'instrument. Le musicien peut ainsi jouer pour une longueur donnée de l'instrument, à partir de la fondamentale, la suite des harmoniques supérieures, suivant l'ordre des harmoniques naturels : octave, quinte, quarte, etc. Par exemple, pour un trombone en ut, on obtiendra : do, do, sol, do, mi, sol, si, do... Le nombre d'harmoniques pouvant être jouées dépend alors des capacités physiques du musicien.

Cette technique ne permet de jouer que l'ensemble limité des notes correspondantes aux harmoniques de la fondamentale de l'instrument. Pour pouvoir jouer l'ensemble des notes, un mécanisme (coulisse, barillet ou piston) est alors également utilisé qui modifie cette fondamentale en allongeant la longueur de l'instrument.

La coulisse

La longueur de l'instrument est modifiée par une coulisse qui peut être allongée ou raccourcie. La coulisse est divisée en plusieurs positions - jusqu'à sept pour le trombone ténor. Elle est en 1ère position quand elle est entièrement rétractée, et en dernière position lorsqu'elle est au maximum de son élongation. Les positions ne sont pas repérées ou marquées mais évaluées par l'instrumentiste. Accroître la longueur de la coulisse d'une position fait baisser la hauteur d'une note d'un demi-ton. Ainsi, on peut baisser la note de base d'au maximum un triton (soit 3 tons), par exemple, sur le ténor pour atteindre le mi en partant du si. Des positions intermédiaires sont également utilisées avec certains harmoniques, ou pour ajuster certaines notes.

Les barillets supplémentaires

En conjugaison avec la coulisse, les trombones sont souvent équipés d'un dispositif - appelé noix, barillet, clés de pouce, ou palette - permettant au musicien de baisser la note (d'une quarte sur le trombone ténor complet) en actionnant une clé de pouce. Comme avec un piston, la longueur est alors augmentée en déviant l'air dans un tube supplémentaire. Ce mécanisme permet d'augmenter la vélocité et la tessiture de l'instrument sans en altérer la justesse.

Les pistons (trombone à pistons)

Dans le trombone à pistons, la coulisse est remplacée par trois pistons, chacun pouvant dévier la colonne d'air dans un tube de longueur différente. Ces pistons peuvent être actionnés ensemble, offrant sept combinaisons distinctes de longueur supplémentaires équivalent aux sept positions de la coulisse. Ce mécanisme permet une dextérité difficile à obtenir avec une coulisse, mais au détriment de la justesse, les positions intermédiaires n'étant pas réalisables. Le trombone à piston est un instrument transpositeur, comme la trompette, il est souvent pensé et joué en si.

Position de la coulisse Pistons actionnés Fondamentale (en ut)
1ère aucun si
2ème 2 la
3ème 1 la ou sol#
4ème 1+2 ou 3 sol
5ème 2+3 sol ou fa#
6ème 1+3 fa
7ème 1+2+3 mi
Tableau d'équivalence entre les positions de la coulisse et les pistons actionnés

Types de trombones

Les trombones existent en cinq registres : soprano, alto, ténor, basse et contrebasse. Sans précision sur sa nature, le mot trombone désigne le trombone à coulisse ténor, mais il existe également un type de trombone à piston.

Le trombone soprano

Le trombone soprano est le plus court (donc le plus aigu) et son timbre se rapproche davantage de celui de la trompette qu'aucun autre trombone, et on l'assimile d'ailleurs à la trompette à coulisse. On trouve des partitions pour trombone soprano dans des pièces écrites pour ensembles de cuivres, mais peu d'oeuvres classiques l'ont utilisé. Son origine est d'ailleurs incertaine, il ne s'agirait peut-être pas d'un instrument classique mais d'une apparition assez moderne.

Le trombone alto

Le trombone alto est accordé en mi ou fa, et il est plus petit que le ténor. Il a, comme le trombone ténor, 7 positions, en revanche, son timbre est plus brillant. Il est principalement utilisé dans des oeuvres symphoniques (notamment de Beethoven), mais il a connu une heure de gloire comme instrument soliste. Des compositeurs modernes l'ont d'ailleurs redécouvert et l'ont introduit dans des pièces récentes.

Le trombone ténor


Schéma d'un trombone (ténor)

Le trombone ténor est le trombone standard, quand on parle de trombone sans précision de registre, c'est du ténor dont il s'agit. Il est a sa note fondamentale en si. Non transpositeur, ses parties sont écrites en ut sur clef de fa, clef d'ut 3 ou clef d'ut 4 (rarement, on trouve des partitions en clef de sol transposés en si, notamment dans les fanfares et les marching bands américains). Sa coulisse est subdivisée en sept positions.

Le trombone ténor complet


Trombone ténor complet

C'est un trombone ténor auquel on a ajouté un dispositif de tube supplémentaire (barillet), permettant au musicien de baisser la note d'une quarte juste en actionnant une clé de pouce (noix) et d'augmenter ainsi sa vélocité et la tessiture de l'instrument. Par opposition, le ténor sans barillet est alors appelé Trombone ténor simple. Les positions du trombone ténor simple et du trombone ténor complet sont identiques si on n'appuie pas sur la noix du trombone ténor complet.

Le trombone basse


Trombone basse moderne

Le trombone basse est conçu en si et joué en ut (non transpositeur). Ses parties sont écrites en clef de fa. Il a approximativement la même taille que le trombone ténor : il a un plus gros calibre et un pavillon plus imposant; il dispose le plus souvent de deux clés de pouce (ou noix), généralement fa et ré (parfois si), qui changent la tonalité de l'instrument et le rendent plus facile à jouer dans les graves. Les notes du trombone basse sont jouées de la même façon que pour le ténor (à moins d'utiliser les barillets). Il y a généralement un joueur de trombone basse par brass band, par big band et par orchestre symphonique, et ils sont également souvent présents dans les ensembles de cuivres modernes.

Les trombones contrebasses

Le trombone contrebasse à coulisse est le plus rare et généralement proposé en deux modèles : l'un accordé une octave plus bas que le ténor (fondamentale si), l'autre accordé une octave plus bas que le basse (fondamentale fa). Il existe plusieurs moyens d'augmenter la longueur du tube, mais la plus répandue consiste à utiliser une coulisse avec double enroulement.

Il est plus particulièrement utilisé dans les opéras de Richard Wagner (L'Anneau du Nibelung... ) où il est au rang de 4ème trombone du pupitre, auprès de deux ténors et d'un basse. Gustav Mahler et Richard Strauss (notamment dans Elektra), l'ont également utilisé.

Plus rare encore, le modèle contrebasse à pistons comparable par sa tessiture et sa position dans le pupitre, appelé cimbasso en Italie et que des compositeurs comme Giuseppe Verdi ont utilisé dans leurs opéras.

Le trombone à pistons

Le trombone à pistons a un registre comparable à celui du trombone ténor, mais la coulisse est remplacée par trois pistons. Il dispose quelquefois de deux tubes amovibles interchangeables qui permettent de fixer sa fondamentale soit en si soit en ut. L'articulation est différente, plus proche de celle de la trompette, et il permet une dextérité difficile à obtenir avec une coulisse. Il est généralement considéré comme étant difficile à jouer juste, et est de moins en moins utilisé de nos jours, sauf dans les orchestres d'harmonie allemands. Contrairement au trombone ténor à coulisse, le trombone à piston est un instrument transpositeur.

Le trombone électrique

Le souzabone est un type de trombone électrique inventé en 1975.

(Source: wikipedia.org - copyright les auteurs - article sous GFDL)


Date de création : 09/02/2009 16:27
Catégorie : Dossiers - Les instruments-Les cuivres
Page lue 20085 fois

imasso.gif

 
Ce site est enregistré auprès de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) depuis le 26 octobre 2010 sous le numéro 1462331 v 0. Conformément à la loi Informatique et Liberté, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, comme cela est spécifié dans les "Mentions légales"