Musique en Harmonie

 

Sur ce site vous trouverez

Des articles liés à
votre activité favorite

Des ressources
Des partitions

Un annuaire de 1400 liens

Des outils de communication

Et plus encore ...

Texte à méditer :  Dans le monde affairiste du show business, il n'est pas nécessaire d'être bon musicien pour bien connaître la musique.  Pierre Dac
Texte à méditer :  Je ne suis pas Musicien, mais j'aime la musique de passion; si un air me touche, s'il m'amuse, je l'écoute avec délice, je n'examine pas si la musique est Française ou Italienne; je crois même qu'il n'y en a qu'une.  Carlo Goldoni
Texte à méditer :  Que tu deviennes professeur, savant, ou musicien, aie le respect du «sens», mais ne t'imagine pas qu'il s'enseigne.  Hermann Hesse
Texte à méditer :  Pour faire un mauvais musicien, il faut au moins cinq ans d'études. Tandis que pour faire un mauvais comédien, il faut à peine dix minutes.  Coluche
Texte à méditer :  Le musicien est quelqu'un à qui l'on peut s'en remettre pour dispenser de l'apaisement à son prochain, mais il est aussi un rappel de ce qu'est l'excellence humaine.  Yehudi Menuhin
Texte à méditer :  Dans la hiérarchie artistique, les oiseaux sont les plus grands musiciens qui existent sur notre planète.  Olivier Messiaen
Texte à méditer :  La musique met l'âme en harmonie avec tout ce qui existe.  Oscar Wilde
Texte à méditer :  Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence.  Georges Braque
Texte à méditer :  À quoi bon fréquenter Platon, quand un saxophone peut aussi bien nous faire entrevoir un autre monde ?  Emil Michel Cioran
Texte à méditer :  Sans la musique, la vie serait une erreur.  Friedrich Nietzsche
Texte à méditer :  On ne vend pas la musique. On la partage.  Leonard Bernstein
Texte à méditer :  Plus on s'y connaît en musique, moins on est capable d'en dire quelque chose de valable.  Patrick Süskind
Texte à méditer :  L'opéra est l'opéra, la symphonie est la symphonie, et je ne crois pas qu'il soit beau de faire danser l'orchestre.  Giuseppe Verdi
Texte à méditer :  La messe de l'amour, - on dirait que la musique est cela pour la femme.  Edmond et Jules de Goncourt
Texte à méditer :  Il n'y a pas de musique plus agréable que les variations des airs connus.  Joseph Joubert
Texte à méditer :  La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie.  Ludwig van Beethoven
Texte à méditer :  La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence.  Miles Davis
Texte à méditer :  La musique, la plus belle religion du monde où on ne menace ni ne promet.  Minou Drouet
Texte à méditer :  Le jazz, c'est ce qui nous permet d'échapper à la vie quotidienne.  Stéphane Grappelli
Texte à méditer :  La musique mérite d'être la seconde langue obligatoire de toutes les écoles du monde.  Paul Carvel
Texte à méditer :  La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée.  Platon
Texte à méditer :  La beauté de la musique - comme celle de la lumière - est celle de la rapidité, de la mobilité, de l'insaisissable.  Jean-Michel Jarre
Texte à méditer :  Vous n'avez pas besoin d'un cerveau pour écouter de la musique.  Luciano Pavarotti
Texte à méditer :  La musique doit humblement chercher à faire plaisir, l'extrême complication est le contraire de l'art.  Claude Debussy
Texte à méditer :  Les personnes qui ne donnent pas une seule chance à la musique de changer le monde sont celles qui n'aiment pas la musique.  Ben Harper
Texte à méditer :  La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent.  Pablo Casals
Texte à méditer :  Notre époque ne fait plus de musique. Elle camoufle par du bruit la solitude des hommes en leur donnant à entendre ce qu'elle croit être de la musique.  Jacques Attali
Texte à méditer :  Ce n'est pas tout à fait exact que la musique adoucit les moeurs. Je crois même que l'harmonie, un peu en excès, amène l'homme le mieux constitué à un état d'hébétude et de gâtisme tout à fait folâtre.  Alphonse Allais
Vous êtes ici :   Accueil » Le Quatuor de Saxophones
Recherche
 
Fermer
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://musique-harmonie.fr/data/fr-articles.xml

Le Quatuor de saxophones

180px-Saxophone_quartet.jpg
Un quatuor de saxophones. De droite à gauche: baryton, ténor, soprano, alto

Le quatuor de saxophones est une formation de musique de chambre composée d'un saxophone soprano, d'un alto, un ténor et un baryton. On désigne aussi par ce nom les formes musicales dédiées à ce type de formation, qui sont souvent dans la musique savante construites sur le modèle du quatuor à cordes. Du fait de la polyvalence des instrumentistes qui le composent, il existe de nombreuses variantes de cette formation. La formule "américaine" pour 2 altos, 1 ténor et 1 baryton est la plus fréquente, mais on trouve des quatuors de saxophones sopranos, de saxophones altos ou ténors, voire incluant des instruments plus rares comme le saxophone sopranino ou le tubax.

Parmi les nombreux ensembles de saxophones existants, le quatuor est celui qui possède le répertoire le plus riche en quantité (plus de mille œuvres recensées en 1994 par Jean-Marie Londeix dans son ouvrage 150 ans de musique pour saxophone) comme en qualité, et le nombre de formations existantes est impressionnant. Sans chercher de parallèle avec le merveilleux répertoire du quatuor à cordes, on peut même considérer que c'est pour ce type de formations que les compositeurs les plus intéressants ont su trouver l'inspiration la plus juste et la plus profonde, et on compte désormais nombre de pièces de premier plan écrites pour quatuor de saxophones, alors que le répertoire de sonates pour l'instrument reste malheureusement qualitativement bien limité jusqu'à ce jour.

La naissance de la formation

Peu après l'invention de la famille des saxophones (brevet en 1846), un des amis et congénères d'Adolphe Sax, Jean-Baptiste Singelée insista auprès de l'inventeur pour qu'il développe des formules de musique de chambre autour de ses instruments. Étant lui-même violoniste, il proposa certainement à Sax cette formule puisqu'il écrivit son "Premier quatuor pour saxophones" (fort bien nommé) dès 1858. L'inventeur enseignait alors ces quatre saxophones au sein de sa classe du Conservatoire de Paris. Et que chaque étudiant était spécialisé, concourant qui au saxophone soprano, qui au baryton ... contrairement à ce que pourrait laisser croire l'hégémonie postérieure de l'alto dans l'enseignement classique (et du ténor parmi les musiciens de jazz).

Adolphe Sax s'était alors improvisé éditeur de musique et promoteur de concerts. C'est ainsi qu'il publia un certain nombre d'œuvres pour diverses formations de saxophones, mais essentiellement pour quatuor, en parallèle aux œuvres écrites pour les concours du conservatoire. Hélas, peu de noms illustres dans cette production, mais essentiellement des collègues du Collège militaire rattaché au conservatoire, souvent eux-mêmes instrumentistes de talent. Outre Singelée, qui écrivit également un "Grand quatuor concertant" on trouve à son catalogue les noms du corniste Jean-Baptiste-Victor Mohr, du clarinettiste, saxophoniste et chef de musique Jérôme Savari, du pianiste et solfégiste Emile Jonas, des chefs de musique Jules Cressonois et Adolphe-Valentin Sellenick. Les concurrents de Sax cherchèrent également à occuper un marché apparemment porteur en publiant le saxophoniste Louis Mayeur et quelques autres.

Cependant, après la fermeture de la classe d'Adolphe Sax au Conservatoire, et probablement faute de musiciens correctement formés, le répertoire de quatuors (entre autres) s'étiole jusqu'à disparaître pratiquement. Parmi les rares œuvres qui voient le jour au tournant du XX° siècle, notons celles du belge Raymond Moulaert ou de l'anglais Caryl Florio.

Le Quatuor Marcel Mule

On doit à Marcel Mule le regain d’intérêt au cours des années 1930. Le soliste de la Garde républicaine et musicien unanimement reconnu dans les milieux musicaux classiques et trois de ses collègues de pupitre forment d’abord le Quatuor de Saxophones de la Garde Républicaine en 1928, qui deviendra en 1936, le Quatuor de Saxophones de Paris, puis le Quatuor Marcel Mule. Georges Chauvet, Hippolyte Poimbœuf, René Chaligne, Paul Romby, Fernand Lhomme, G. Charron, André Bauchy, Marcel Josse, Georges Gourdet et Guy Lacour (et même Daniel Deffayet sur certains enregistrements) feront partie de ces formations successives. L’ensemble donne de nombreux concerts en Europe, tout en enregistrant une série de disques qui font partie de l'histoire de l'instrument. De nombreux compositeurs écriront pour eux, parmi lesquels : Jean Absil, Adolphe Borchard, Amédée Borsari, Eugène Bozza, Charles Brown, Roger Calmel, Robert Clérisse, Alfred Desenclos, Jean Dupérier, Julien Falk, Jean Françaix, Alexandre Glazounov, Stan Golestan, André Jorrand, Eleuthere Lovreglio, Roger Manas, Marcelle de Manziarly, Georges Migot, Claude Pascal, Gabriel Pierné, Paul Pierné, Robert Planel, Jean Rivier, Jeanine Rueff, Florent Schmitt, Jules Semler-Collery, Pierre Vellones.

Citons entre autres parmi ses disciples directs de Mule, ceux qui à sa suite formèrent des formations semblables : le Quatuor Daniel Deffayet, l'Ensemble de saxophones Français de Jean-Marie Londeix, les quatuors de Michel Nouaux (Garde Républicaine), Jacques Desloges, Jean Ledieu, Alain Liger (4° de Paris) ...

Le Rascher Quartet

De son côté, l'alter ego de Mule, Sigurd Rascher forma également en 1969 avec sa fille Karina et Bruce Weinberger un quatuor qui connut aussi un grand succès en Amérique du Nord. Parmi les compositeurs sollicités : Erland von Koch, Fritz Gerhard, Werner Wolf Glaser, John David Lamb, Zdenek Lukas, Walter S. Hartley, Emil Hlobil, René Borel, Robert Starer, Samuel Adler. Le quatuor continue encore aujourd’hui et contribue très sérieusement à l'expansion du répertoire puisqu'il a commandé des pièces importantes à des compositeurs comme Iannis Xenakis, Franco Donatoni, Hugues Dufourt, Ivan Fedele, Luciano Berio, Philip Glass, Sofia Gubaidulina, Cristobal Halffter, Roman Haubenstock-Ramati, Enrique Raxach, Erich Urbanner, Charles Wuorinen ...

Le répertoire contemporain

La plupart des saxophonistes classiques d’aujourd’hui, inspirés par le succès du quatuor Mule et par l’intérêt de certaines des partitions dès lors disponibles, ont eux-mêmes formé un quatuor qui reprend ces pièces initiales et développe son propre répertoire. Certaines pièces sont d’un grand intérêt, et on assiste à une progression qualitative du répertoire, parallèle à son explosion quantitative. C'est en effet souvent pour la formule du quatuor de saxophone que les compositeurs majeurs de notre temps dédient leur travail le plus pertinent. Parmi les plus marquants, citons : Iannis Xenakis, Franco Donatoni, Ivan Fedele, Henri Pousseur, John Cage, Salvatore Sciarrino, Georges Aperghis, Erkki-Sven Tüür, Terry Riley, Hugues Dufourt, Ichiro Nodaïra, Olga Neuwirth, ... donnent l'image d'un instrument aux multiples facettes et capable de se nourrir de toutes les influences, de servir avec pertinence tous les styles de musiques.

(Source: wikipedia.org - copyright les auteurs - article sous GFDL)

Glossaire

Antoine-Joseph Sax

Antoine-Joseph Sax mieux connu sous le nom d'Adolphe Sax (6 novembre 1814 à Dinant, Belgique - 4 février 1894 à Paris) est un facteur d'instrument de musique belge, surtout connu pour avoir inventé le saxophone.
Son père, Charles Joseph Sax, qui était déjà lui-même un facteur d'instrument, a apporté différents changements au cor de chasse.
Adolphe Sax a commencé à fabriquer ses propres instruments très jeune, en présentant deux flûtes et une clarinette à un concours à l'âge de 15 ans.
Il étudia ensuite ces deux instruments à l'École Royale de chant de Bruxelles. Il devient un maître de la clarinette à tel point qu'il est interdit de concours dans son pays.

Adolphe_Sax.jpg

Période classique

La Musique dite « Classique » recouvre par convention la musique écrite entre la mort de Johann Sebastian Bach soit 1750 et le début de la période romantique, soit les années 1820. Par extension, on appelle « musique classique » toute la musique savante européenne, de la musique de la Renaissance à la musique contemporaine. Il convient donc de bien dissocier la musique de style classique, dont les compositeurs phares sont Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig Van Beethoven et Christoph Willibald Gluck, et la musique classique opposée à la musique populaire, en Occident ou ailleurs (on parle de « Musique classique indienne », par exemple).

Daniel Deffayet

Daniel Deffayet, né à Paris le 23 mai 1922 et mort dans la même ville le 27 décembre 2002, a été professeur de saxophone au Conservatoire de Paris où il succéda à Marcel Mule après sa retraite en 1968. Il occupera ce poste jusqu'en 1988.
Il a longtemps animé les stages à l'Académie internationale d'été de Nice et de celle d'Annecy.
L'enseignement de Daniel Deffayet a continué dans la tradition académique de Mule, imposant le même phrasé classique, le vibrato systématique et un répertoire essentiellement néo-classique, généralement composé par d'autres professeurs du CNSM de Paris.
Son Quatuor de saxophones n'a pas eu le même succès que celui de Mule, mais était souvent engagé par Radio France pour des créations, comme Alliages d'Antoine Tisné, parmi d'autres.

Jacques Desloges

Jacques Desloges (né le 2 septembre 1934 à Paris) est un saxophoniste français, également directeur de l'Orchestre de la Police Nationale et chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.
Jacques Desloges étudie la musique au CNSM de Paris ou il obtient plusieurs prix et récompenses, en particulier le premier prix de saxophone en 1964. Il obtient ensuite son diplôme supérieur de direction d’orchestre en 1969. De 1975 à 2002, il enseigne le saxophone au CNR de Versailles et fait partie de plusieurs jurys de concours.
Durant sa carrière, il est saxophone solo de plusieurs formations comme l’Orchestre National de France, l’Opéra de Paris ou l'Orchestre philharmonique de Berlin. Dès 1975, il dirige différents ensemble musicaux (il est chef titulaire de l'Orchestre d'Harmonie de la Police Nationale de 1986 à 1992). Enfin, il est directeur du conservatoire municipal Jehan-Alain, au Pecq de 1995 à 1999 et directeur adjoint au CNR de Cergy-Pontoise de 2000 à 2001.
Secrétaire de l’Association des Saxophonistes Francais (ASAFRA) de 1972 a 1982, Jacques Desloges a écrit de nombreux articles sur le saxophone, ses problèmes musicaux, ses compositeurs et son répertoire.

Le jazz

Le jazz est un genre de musique né aux États-Unis au début du XXe siècle. Issu du croisement du blues, du ragtime et de la musique européenne, le jazz est considéré comme la première forme musicale spécifique à s'être développée aux États-Unis.

Jean-Marie Londeix

Jean-Marie Londeix, né à Libourne (Gironde) le 20 septembre 1932 est un saxophoniste français.
Elève de Marcel Mule et de Jean Rivier, il a été professeur de saxophone au Conservatoire de Dijon durant dix-huit ans, puis au Conservatoire de Bordeaux.
Invité régulièrement dans des universités américaines et dans divers pays où il se fait le défenseur de son instrument dans le répertoire classique.
Il a fondé un quatuor de saxophones nommé l'Ensemble de saxophones Français avec Roland Audefroy, Guy Lacour et Jacques Melzer, puis l'Ensemble de Saxophones de Bordeaux, formé de douze saxophones. Il a écrit trois ouvrages sur le répertoire du saxophone, mais aussi une méthode en 5 volumes, des études, des pièces didactiques et de nombreuses transcriptions.
Il a sollicité de nombreux compositeurs dont il a créé les œuvres. Entre autres la Sonate d'Edison Denisov. I
l n'a eu de cesse de faire évoluer le répertoire du saxophone, travaillant avec notamment Christian Lauba ou François Rossé au développement d'un répertoire idiomatique spécifique.
Il s'est particulièrement intéressé aux possibilités musicales ouvertes par le développement des nouvelles techniques.
Il a fondé en 1971 l’AsSaFra (ASsociation des SAxophonistes de FRAnce), « la première association d’instrumentistes jamais formée dans le monde » selon ses propres termes. Son association a joué un rôle indéniable dans la place du saxophone dans le monde d'aujourd'hui. L'AsSaFra existe toujours et est devenue aujourd'hui l'A.SAX (Association des SAXophonistes).

Marcel Mule

Marcel Mule, né le 24 juin 1901 à Aube (Orne), décédé le 18 décembre 2001 à Hyères (Var), est un saxophoniste français.
Avec François Combelle, Marcel Mule est un des premiers protagonistes de l'école dite « française » de saxophone.
En 1942, le directeur du conservatoire de Paris, Claude Delvincourt, rouvre la classe de saxophone. Il en confie la charge à Marcel Mule. Durant 26 ans, il enseignera à cette institution. Ses élèves partiront enseigner dans toute la France et dans le monde entier.
En 1968, il prend sa retraite et arrête définitivement de jouer du saxophone.

Pupitre

À l'origine, un pupitre est un élément de mobilier muni d'un plan incliné permettant de maintenir ouvert un document afin de pouvoir lire, écrire ou tout au moins faciliter sa consultation. Par extension, en musique, le mot revêt plusieurs sens : objet soutenant une partition, emplacement du chef d'orchestre, section d'un orchestre, tableau de contrôle ou de commande d'un orgue ou d'instruments informatisés.

Un support pour la partition

Au milieu du Moyen Âge, dès que la musique occidentale savante a systématisé l'usage de la notation, le pupitre a désigné un meuble servant à soutenir une partition, afin d'en permettre la lecture.

Le poste du chef d'orchestre

"Le" pupitre peut métaphoriquement désigner la place du chef d'orchestre. Ainsi, à la radio, le commentateur appellera parfois le chef d'orchestre par l'expression : « l'orchestre X, avec Y au pupitre ».

Un groupe de musiciens

Dans un ensemble musical, un pupitre désigne un groupe de musiciens exécutant la même partie, comme les ténors dans une chorale ou les deuxièmes violons dans un orchestre symphonique, mais il dénomme aussi un ensemble d'instruments appartenant à la même famille, les bois d'un orchestre d'harmonie ou les cuivres d'un big band.

Sigurd Rascher

Sigurd Rascher, né le 15 mai 1907 à Elberfeld) (Allemagne) et mort le 25 février 2001 à Shushan (New York), était un saxophoniste américain d'origine allemande.
Un des pionniers du saxophone classique, Rascher fut le commanditaire de 150 œuvres pour l'instrument, y compris les concerti d'Ibert et de Glazunov.
Après l'étude de la clarinette, il choisit de se spécialiser au saxophone, pour lequel il développe des modes de jeu inconnus et inouis jusqu'alors, comme le suraigu.
Il connaîtra un succès fulgurant au début des années 1930, en tant que concertiste soliste, à Berlin puis dans toute l'Europe. Ce qui l'encouragera à commander de nombreuses partitions à un choix judicieux de compositeurs de talent, souvent subjugués par sa maîtrise technique.
Contraint à s'expatrier en raison de la montée du nazisme, il se rendra ensuite en Suède puis aux États-Unis.
Ses concerts avec l'Orchestre de Boston et de New York sont les premiers de ces orchestres avec un soliste saxophoniste.
Il fut professeur à l'Université de Michigan, la Juilliard School, et l'école Eastman aux États-Unis.

Jean-Baptiste Singelée

Jean-Baptiste Singelée est un violoniste, chef d'orchestre et compositeur belge du XIXe siècle, né à Bruxelles le 25 septembre 1812, mort à Ostende le 29 septembre 1875.
Il poursuit une carrière de violoniste à Paris, en particulier au sein de l’orchestre de l’Opéra-Comique, puis retourne en Belgique en tant que violon solo du Théâtre royal de la Monnaie.
Il est aussi chef d'orchestre, et dirige en particulier l’orchestre du Théâtre royal de Gand puis La Monnaie de Bruxelles.
Il écrit de nombreuses musiques pour le ballet, deux concertos pour violon et de nombreuses pièces instrumentales.
Ami d'Adolphe Sax, il a certainement côtoyé ce dernier à l’École royale de musique de Bruxelles lors de leur formation en 1828. C'est un des soutiens musicaux actifs de l'inventeur à ses débuts à Paris : il écrira le Premier Quatuor pour Saxophones dès 1853 (le brevet de l'instrument n'a alors que 7 ans) , encourageant Sax à développer la musique de chambre pour sa nouvelle famille instrumentale.
Il est également le plus actif contributeur aux examens et concours du Conservatoire de Paris, pendant la période où Sax y enseigne et il fournit des dizaines de Fantaisies, Solos de Concerts, Caprices et Souvenirs qui serviront à l'évaluation des élèves militaires spécialisés dans l'un des quatre saxophones du quatuor.


Date de création : 31/03/2009 09:54
Catégorie : - Musique de chambre
Page lue 14676 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Firefox: un Web plus juste

Mise à jour
 

Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
bWzraA
Recopier le code :


  2292807 visiteurs
  4 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 437 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Présentation
Agenda
Dossiers
eCartes
Pensons à fêter les :
  • Irénée



logo_nuxit_guppy.png

imasso.gif

Ce site est enregistré auprès de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) depuis le 26 octobre 2010 sous le numéro 1462331 v 0. Conformément à la loi Informatique et Liberté, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, comme cela est spécifié dans les "Mentions légales"